Economie

Premier pôle touristique (avec Marrakech) et premier port de pêche du Maroc, l’activité commerciale y est également en plein essor avec l’exportation d’agrumes et de légumes de la fertile vallée du Souss. Avec ses immeubles blancs, ses larges boulevards fleuris, ses hôtels modernes et ses cafés de style européen, Agadir n'est plus une ville typique du Maroc traditionnel, mais c'est une cité moderne, active et dynamique.

Agriculture

L'agriculture s'est fortement développée au cours de la deuxième moitié du XXème siècle dans le Souss. La culture des agrumes y a été introduite dans les années cinquante le long de l'oued Souss, à la faveur d'une nappe phréatique abondante.

Le Souss, région aride et difficile, ne permet pas à la population de vivre de la culture et de l'élevage. Nombre d'entre eux ont été contraints à émigrer. C'est pour cela que les villages sont surtout peuplés de femmes et d'enfants. Les hommes sont partis à la conquête d'une meilleure situation pour devenir savetiers ou tanneurs à Marrakech, garçons de café à Casablanca ou mineurs au Maroc oriental.

Les cultures sous abri, notamment la tomate et les fleurs (rosiers, glaïeuls et illets), ont vu leur surface s'accroître dans les années 90 pour atteindre presque 4000 hectares. Aujourd'hui, la part du Souss dans les exportations marocaines est de 55% des agrumes, 95% des tomates et 70% des primeurs (légumes, fruits…).


Pêche

La pêche est un autre poumon économique du Souss et du Sud. Le port de pêche d'Agadir est la base arrière de la flotte hauturière qui sillonne les eaux très poissonneuses du littoral Sud du Maroc.

C'est également un centre de stockage, de congélation et de transformation. Une vingtaine de conserveries de sardines offrent de nombreux emplois à la ville d'Agadir.

La ville d'Agadir est composée de trois ports principaux: le port de plaisance, le port de pêche et le port de commerce... inutile donc de rappeler que la ville vibre selon l'air marin! Les ports sont tous récents et modernes.

Le port de commerce est entouré d'entrepôts, d'usines de conserverie et de congélation. Les échanges avec l'extérieur sont majoritairement composés de fruits et légumes ainsi que de minerais.

Le port de pêche repose principalement sur la pêche de la sardine. Lors de votre visite gare aux odeurs ... vous êtes prévenus!

Pour compenser cette gêne et rester dans le cœur de la découverte, chaque après-midi les pêcheurs proposent une vente à la criée afin de déguster leurs derniers trophées!

Pour les moins hardis, de multiples restaurants de sardine ont fleuri à proximité du port.

Par ses infrastructures modernes, le port contribue pleinement à l'essor économique de la région du Souss Massa Draa, qui est portée essentiellement sur l'Agriculture, la pêche et le tourisme.

Tourisme

Le tourisme, enfin, est le secteur d'avenir de la région. Agadir est depuis sa création, la première station balnéaire du pays, avec une capacité hôtelière de 24000 lits, et plus de 4 millions de nuitées par an.

Une baie magnifique ouverte sur l'atlantique, de longues plages de sable fin, un ciel ensoleillé plus de 300 jours par an : Agadir possède plus d'un atout pour séduire. Agadir offre des conditions météo idéales, en plein été comme au cœur d'hiver. Un climat parfait pour pratiquer le golf sur un des trois parcours de la ville ou tout simplement se relaxer en profitant des nombreuses installations de thalassothérapie qui font d'Agadir une destination de « bien être » très appréciée. Quant à la vie nocturne, toujours très animée, elle offre toutes les possibilités de goûter aux charmes des nuits festives.

La capacité d'accueil des visiteurs devrait tripler d'ici les dix prochaines années, avec la mise en service de la deuxième zone touristique de la ville, deux nouvelles stations balnéaires à Taghazout (dont le 1 er hotel verra le jour en 2009) et Plage blanche. Cette politique de développement du tourisme s’inscrit dans le cadre de l’objectif 2010 visant à accueillir 10 millions de touristes.


Haut de la page