Date: 27-03-2008 Hommage aux Immortels Lhadj Belaïd – Anchad Boudraâ - Tagouramt « Les rways (rays, au singulier : “chef ”, “maître”) sont des ensembles de musiciens qui se produisent chez les Chleuhs auprès desquels ils ont acquis ces dernières décennies une immense popularité. Le poète-chanteur (rays) s’accompagne à la vièle monocorde, rribab, au timbre “aigre-doux” si particulier rappelant celui d’une flûte, auquel on ajoute le “grésillement de sable dû aux cordes de timbre et aux rangées de perles en verroterie qui agrémentent la table d’harmonie”. Il est accompagné par plusieurs joueurs de luth à trois ou quatre cordes (lotâr ou lginbri) et d’un joueur de cloche naqus auxquels s’ajoutent parfois des joueurs de tambours sur cadre allun et de nuiqsat. Les nuiqsat sont des petites cymbalettes en cuivre fixées que les musiciens font s’entrechoquer tout en dansant… Certaines raysat se sont mises à leur compte, et ont gagné une grande popularité, en interprétant en solo des compositions créées parfois par leurs homologues masculins. La poésie des rways, composée à partir de distiques, utilise des images du monde agricole, de la chasse, de la nature et les thèmes de l’amour déçu, de la religion ainsi que des commentaires sociaux. Les airs, inspirés des territoires d’origines des rways mais aussi de la musique militaire européenne ou de la musique arabo-andalouse, se développent avec de nombreux sauts de quartes et de quintes en couvrant jusqu’à une octave et demie. La construction des phrases mélodiques (dont chacune correspond à un vers) est généralement formée de deux ou quatre fragments mélodiques parallèles.» Extraits du livre de M. Rovsing Olsen, Chants et danses de l’Atlas, éd. Cité de la musique/ Actes sud, 1997. Durant cette soirée, un hommage sera particulièrement rendu aux chanteurs célèbres disparus - Lahoussine Amentag chante Lhadj Belaïd - Larbi Imghrane chante Anchad - Lahcen Idhammou chante Boudraâ - Rkya Demssiriya chante Fatima Tagouramt jeudi 27 mars à 20h30 Institut Français

Haut de la page