Date: 16-11-2006 Le Chant de l’Odyssée 20 h30 Le Chant de l’Odyssée IF Agadir D’APRÈS L’ODYSSÉE D’HOMÈRE ADAPTATION DE Bruno de la Salle AVEC Bruno de la Salle : RÉCIT, CHANT, CRISTAL BASCHET, ACCOMPAGNÉ D’UN MUSICIEN « Depuis l’époque où elle fut écrite,vers le VIIe siècle avant Jésus Christ, ,l’Odyssée connaît un destin extraordinaire et exemplaire, fait d’abandons et de retrouvailles, qui en fait le témoin de la pensée occidentale. Dès l’instant où j’ai pénétré dans cet extraordinaire chemin de mots, j’étais encore enfant, j’ai su que je devrai le traverser. J’ai voulu me rapprocher, autant que possible, des techniques utilisées encore aujourd’hui par les griots africains ou les bardes turcs ou indiens, comme le faisaient, d’une façon comparable sans doute, les aèdes et les rhapsodes grecs. Comme tous les récits épiques, l’Odyssée était à son origine, parlée et chantée. Il ne reste, hélas, aucune trace de cette forme originelle. Nous avons donc élaboré différentes formes de narrations : récitations, scansions, psalmodies et chants, qui s’apparentent aux récitations épiques encore vivantes aujourd’hui. » Encouragé par Luc Estang ou encore Jean Cayrol, Bruno de la Salle écrit des poèmes et des pièces de théâtre. A vingt-deux ans, il se produit dans plusieurs cabarets parisiens avec une série de rêves parlés qu’il compose et raconte. Cette narration musicale suscite un mouvement d’intérêt, si bien que très rapidement, Bruno de la Salle est sollicité dans toute la France et à l’étranger. Bruno de la Salle est un artiste incontestable et un amoureux de l’oralité. Il a su créér une véritable dynamique autour du conte. C’est l’un des acteurs les plus éminents de la renaissance du conte. Avec lui, comme l’affirme Isabelle Sauvage, le conte a quitté «l’anonymat des veillées paysannes, l’intimité des maisons, ou des salles de classes, pour apparaître sur la scène des théâtres». Une scène, de la musique, des chants…, une autre manière d’honorer les arts de la parole. Tout public à partir de 12 ans

Haut de la page