Ça tourne chez Hicham Lasri : «L¹os de fer» en production

Dans le cadre du projet Film Industry, l¹équipe de Ali n¹ Productions annonce le tournage de « L¹Os De Fer », durant les mois d¹Août et Septembre à Agadir. L¹histoire du film porte un regard critique sur le Maroc contemporain. Elle laisse entrevoir le malaise d¹une génération et les promesses d¹avenir qu¹elle s¹est fixées. Bref, les jeunes prennent l¹avenir en main. Et ça tourne !
En réalisant « l¹Os De Fer », cherche à capter l¹air du temps. Pour éviter de stéréotyper les sujets sociaux tels que le désoeuvrement, la perte de repère, l¹éducation et la violence, Hicham Lasri est parti dans son récit du particulier au général pour en faire un fait divers. Une technique innovatrice pour renvoyer les spectateurs aux questionnements de base sur la société marocaine d¹aujourd¹hui.
Synopsis : Ash (Mohammed Aouragh) est un jeune « haïtiste » qui s¹est constitué un monde pour éviter de rentrer en collision avec le réel. Il écoute de la musique à longueur de la journée. Une manière de s¹empêcher de réfléchir. Cet isolement, sauf avec sa mère, fait de lui un « étranger », dans une société en mouvement. Sa mère devient alors son bouclier et unique repère dans un monde sans valeurs.
D¹autres personnages entrent en jeu du jeune scénariste et réalisateur : « Mikhi » (Mustapha Houari ) est un chômeur enragé qui recycle ses ranc¦urs en colère. Il n¹a rien à perdre. Il se jette tête baissée dans n¹importe quelle bataille parce que l¹adrénaline le tient en vie et que la défense d¹une cause lui permet d¹exister. Quant à Moulay (Tarik Boukhari), le muet d¹une famille populaire qui, par la force de sa volonté, a poursuivi ses études, s¹exprime par abréviation SMS. Ce qui n¹est guère le cas de Mouloud qui communique et son silence prend sens. Le trio du film passe son temps à arpenter les rues à la recherche d¹un misérable butin. Les trois jeunes garçons rencontrent, dans leurs aventures, une série de personnages. Ces derniers ajoutent une densité et une riche complexité à ce monde dépeint par Hicham Lasri : Nike chrajem (Mohamed Qatib), steeltoe(Siham Afoiz), Koman (Koman), et d¹autres.
« L¹Os De Fer » est un regard extérieur sur les faits auquels le jeune Asri trouve l¹occasion idéale pour ouvrir une nouvelle parenthèse : la réflexion sur la relativité de l¹information, la frontière entre l¹anecdote et l¹évènement d¹intérêt général, la distinction entre le sensationnel et l¹actualité, etc.
Daoud est le personnage le plus âgé du film : vieux flic aigri par le temps et par son impuissance à stopper le drame social que la jeunesse joue sous ses yeux fatigués, l¹homme donne un autre regard sous la société, vue d¹un angle différent.
Côté musique, « L¹Os De Fer » est aussi un ambitieux projet qui révèle le terreau de jeunes talents présents sur la scène Hip Hop marocaine et qui soutiennent l¹idée : Koman, FnaÏre, Bigg, H-Kayne, Rass Derb, Casa Crew, Fes city clan, Hel-LMkane, Stylsouss, Awah, Negus4ever, Outcry, etc. Le patchwork musical sélectionné alors par Hicham Lasri est composé de nombreux artistes qui partagent leur discours contestataire et surtout leur talent musical et leur aptitude à concilier les rythmes traditionnels à l¹air du temps. Il a regroupé tout ce monde de Nass El Ghiwane, Jil Jilala à Hoba Hoba Spirit, Bigg, Amargh Fusion et Abs. Des renoms qui se mêlent et se complètent dans l¹imaginaire collectif. Objectif : constituer une fresque contrastée à l¹image réelle du Maroc.


0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page