Agadir : Agroalimentaire : Retombées de la création d’un pôle régional de transformation des produits de la mer

Agadir : Agroalimentaire : Retombées de la création d’un pôle régional de transformation des produits de la mer L’une des plus édifiantes composantes de la trilogie économique de la région Souss Massa Drâa est, sans nul doute, le secteur de la pêche maritime et plus particulièrement la transformation des produits de mer.

La notoriété de ce domaine précis n’est nullement le fruit du hasard si l’on sait que nombre de professionnels et d’opérateurs épris de citoyenneté et de compétence lui a imprimé une forte distinction au point de le hisser en tête du groupe de compétition représentant plus de 70% des exportations du secteur de l’agroalimentaire du pays, selon le rapport McKenzie. Cette particularité caractérisée notamment par l’énorme potentiel stratégique de la région proche de la ressource et des lieux de commercialisation et surtout par les aptitudes performantes des industriels investis dans des unités production de référence, a incité justement ces derniers à développer un projet d’envergure consistant à mettre en place un pôle de produits de la mer. Cette initiative dont l’exécution revient aux multiples partenaires institutionnels et associatifs en terme d’accompagnement, d’expertise et de financement s’inscrit, en fait, dans le sillage national du plan Emergence. En dépit des contraintes et résistances d’ordre comportemental au niveau des autorités qui s’adonnent, d’une part, à la tergiversation et, d’autre part, au piratage des idées, la création de ce pôle régional de l’aménagement, la promotion, la commercialisation des produits de la mer poursuit son bonhomme de chemin avec l’engagement de la région SMD, de MED-Z, du Crédit agricole et du Fonds Igrane. Ces associés auxquels pourraient se joindre d’autres organismes s’attelleront à renforcer le potentiel industriel selon les normes et les exigences de qualité requise au niveau universel.

Industries du tourisme et du poisson


Une convention cadre pour la création du pôle des produits de la mer d’Agadir a été signé dernièrement par les intéressés, avec comme promoteur du projet dudit pôle le MED-Z, vu son expérience dans le développement de projets de parcs industriels similaires et sa nouvelle mission d’impulser la création de pôles de compétitivité régionaux dans les différents secteurs porteurs du royaume (tourisme, industrie, offshoring…). Le positionnement géographique de la ville et le savoir- faire dans les domaines du débarquement des produits de la mer et de leur transformation sont autant d’atouts majeurs qui motivent l’opportunité de la création de ce pôle. Pour assurer cette démarche qui s’insère dans la stratégie régionale du plan Emergence, le projet s’appuie concrètement et précisément sur des études menée par Valyans Consulting, en tant que chef de fille et des sous-traitances d’autres partenaires en terme d’expertise pêche et expertise logistique. Cette étude permet, en effet, de positionner la place de la capitale du Souss et l’une des plus belles baies du monde dans l’environnement national et régional de la transformation des produits de la mer, de définir le concept du pôle en termes d’aménagement d’infrastructures et de services aux industriels, de tester ce concept auprès d’une large palette d’investisseurs locaux et internationaux et de définir un plan de mise en œuvre ad hoc. Il s’agit, en fait, d’identifier minutieusement les points saillants relatifs aussi bien à l’amont (ressources, flotte de pêche, infrastructures portuaires, premières ventes et approvisionnement des usines) qu’à l’aval (unités de transformation, infrastructures logistiques, services connexes, formation, recherche et développement et marketing et commercialisation des produits transformés). Cette approche mise davantage sur une meilleure valorisation de la ressource que sur son accroissement quantitatif, sauf à développer des apports extérieurs. Il faut dire également que la flotte d’Agadir, quoique importante, devra être impérativement modernisée pour être mieux adaptée aux ressources disponibles et permettre le stockage du poisson dans des conditions optimales de qualité. Dans le même contexte, les infrastructures logistiques et de débarquement du port d’Agadir doivent être pareillement mises aux normes et le système d’assainissement doit être consolidé dans un objectif de qualité. Enfin, la réussite du projet repose sur la nécessité de développer des produits et techniques de commercialisation innovantes au service des industriels et adaptées au marché et de mettre en fonction une politique de marketing forte de certification, de labellisation…Il est bien évident que c’est là un projet d’envergure qui vise, effectivement, l’augmentation des quantités et de la valeur ajouté,
le déplacement des industries existante et le renforcement de l’impact au niveau des fonctions à assurer, du rayonnement géographique et du positionnement par rapport à la concurrence. Toutefois, il y a lieu de relever malheureusement que nombreuses sont les pratiques illicites et attentatoires à l’économie nationale en terme de fiscalité et de rentabilité persistent encore dans les diverses activités portuaires et dont les principaux instigateurs ne sont autres que les différents intervenants aussi bien administratifs que représentatifs et professionnels au niveau de la gestion, de la commercialisation et de l’exploitation des pêcheries (criée, pont bascule, transport…). D’autre part, il est aussi révoltant de constater que, mis à part certains exploitants qui évoluent avec grand civisme, nombre d’unités industrielles continue à porter préjudice à l’équilibre écologique marin, en déversant, sans scrupule, des eaux usées et déchets, provocant ainsi une pollution des plus dévastatrices. Cet environnement malsain complique, certes, la mise en place de tels projets novateurs. Toutefois, il va sans dire que le pôle de transformation des produits de la mer demeure un parfait outil pour renforcer davantage justement l’esprit de synergie et de lutte contre les déficiences du secteur, surtout que la compétitivité, à l’ère de la mondialisation, est farouche et nécessite des initiatives de ce calibre. En d’autres termes, la démocratisation, l’assainissement et la modernisation restent des fondements essentiels de l’essor du secteur, sous ses diverses formes. Et c’est tout à l’honneur des initiateurs connus pour leur professionnalisme et leur présence citoyenne à plus d’un titre.

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page