Agadir en plein chantier urbain

Agadir en plein chantier urbain · Aménagement de la corniche, espaces verts, voirie, réhabilitation d’Agadir Oufella…les projets en cours


· Plus d’un milliard de DH d’investissement


PAS de vacances pour Tariq Kabbage, président de la commune urbaine d’Agadir (CUA) et son équipe. Ils ont véritablement du pain sur la planche car les chantiers structurants et de mise à niveau dans la cité sont très nombreux.
Il est en effet question de plus d’un milliard de DH d’investissement. Mais pas de temps à perdre. Tous les projets doivent être finalisés d’ici 2009.
Par ailleurs, la CUA est signataire du programme de développement régional touristique et l’aboutissement de cette feuille de route est tributaire de la réalisation des projets de la CUA.
Il faut donc faire vite. Mais dans les délais impartis, cela ne sera pas possible sans heures supplémentaires de travail. Une tâche colossale d’autant plus que les ressources humaines et matérielles sont limitées et que les formalités administratives pour l’octroi des crédits sont plus lourdes que jamais. Mais, malgré ces freinages, un grand nombre de projets sont sur les rails. Jeudi dernier les élus ont procédé à une visite guidée au profit des représentants de la presse.
Dans la station balnéaire, le plus grand chantier de la CUA est indéniablement l’aménagement de la promenade du front de mer. Pour l’heure, les travaux sont au stade de la première tranche qui s’étend de l’hôtel Takoukt au terrain de l’ex-hôtel Oumnia. « Un mois de retard a été pris au niveau de ce chantier en raison de difficultés d’aménagement », explique un intervenant de la CUA. Tariq Kabbage promet tout de même que cette première tranche, estimée à plus de 100 millions de DH, sera opérationnelle à la fin de l’année. L’aménagement de trois autres tranches devrait suivre. Au total ce sont plus de cinq kilomètres de promenade à travailler. Rappelons que le coût global du projet de corniche est de 400 millions de DH.
« Pour la mise en place d’espaces verts à travers la ville ce sont au total 200 millions de DH qui seront investis sur trois ans », précise Kabbage. Pour la pérennité des plantations, des systèmes de goutte-à-goutte accompagnent chaque espace vert. Mais la CUA et la Régie autonome multiservice d’Agadir (RAMSA) envisagent de travailler sur la réutilisation des eaux usées de la ville pour assurer l’arrosage des plantes. Ces dernières devraient être nombreuses à travers la ville dans l’avenir comme le prévoitl’ambitieux programme vert de la CUA. Agadir chef lieu d’une région où la sécheresse est un problème structurel, pourra-t-elle devenir une cité verte à moyen terme. L’avenir nous le dira. Les élus mettent en tous les cas les moyens pour relever le défi.
Par ailleurs, dans un souci de proximité, ces derniers tentent également d’animer et de mettre à niveau tous les quartiers. A cet effet, le concept de maisons de quartiers est au programme. Quatre unités ont déjà été construites et trois sont déjà opérationnelles. Le coût global du projet est de 8 millions de DH.
Parallèlement, il s’agit également de réhabiliter la casbah d’Agadir Oufella (www.leconomiste.com) et de mettre à niveau les voiries à travers la cité. Sur ce plan, Agadir suit l’exemple de Paris et a choisi le bitume pour recouvrir une bonne partie des trottoirs des différents quartiers de la capitale du Souss. Le coût de l’opération est de 150 millions de DH.

Législatives

CONTRAIREMENT à ce que tout le monde pensait, Tariq Kabbage ne sera pas candidat aux prochaines législatives. Le bureau politique de l’USFP qui l’avait tout d’abord poussé à se présenter, lui a finalement préféré Abdallah Aarouji. Rappelons que ce dernier a été au cours de son parcours ex-président d’Anza dans la périphérie d’Agadir.

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page