Agadir: le tourisme de niche pour sauver la mise

Depuis plus d’une trentaine d’années, le golf n’a cessé de se développer dans la région d’Agadir. Elle accueille plus de 100.000 golfeurs par an. Pour aller de l’avant, il est cependant nécessaire de renforcer la promotion et l’accès aérien de la destination

Agadir: le tourisme de niche pour sauver la mise

Thalasso, spa, sports nautiques, golf… la destination Agadir a très tôt misé sur le tourisme de niche pour doper son activité et diversifier son produit. La situation en front de mer de la ville et sa région, sur plusieurs kilomètres, a permis depuis plus de dix ans le développement de plusieurs centres de thalassothérapie. Un concept peu développé au Maroc puisqu’en dehors de Casablanca, Agadir est la seule destination qui a misé sur cette niche.
Aujourd’hui, la cité en compte quatre de haut de gamme qui drainent des curistes de toutes les nationalités. Les premiers clients de ces établissements de bien-être restent indéniablement les touristes français. Et ce en raison des origines du concept qui a vu le jour dans l’Hexagone. Aussi avec la baisse de ce marché sur la destination, l’impact est direct sur les établissements. Le nombre de curistes a fortement diminué. Pourtant le produit proposé, correspondant aux standards français, est proposé à des prix très compétitifs. Selon Guy Marrache, co-président du groupe Tikida, une journée de cure en France coûte plus chère qu’une semaine de cure en all inclusive dans un hôtel à Agadir. Dans cette conjoncture, les centres en la matière ne sont pas vraiment des affaires rentables pour les entreprises hôtelières qui ont investi dans un centre. Mais cela reste une valeur ajoutée pour les établissements pour diversifier leur produit. C’est aussi comme le golf, plus qu’une activité de bien-être, un moyen de promotion touristique haut de gamme. C’est dans cet objectif que la destination a très tôt investi dans les golfs. En effet, Agadir est la première destination golfique du Royaume. Elle accueille plus de 100.000 golfeurs par an. La cité compte actuellement quatre golfs ouverts au public dont un de 36 trous.
Depuis plus d’une trentaine d’années, le golf n’a cessé de se développer dans la région d’Agadir. Pour les passionnés de ce sport, la ville, comparativement à d’autres destinations, offre la possibilité de pratiquer tout le long de l’année. Les golfeurs des marchés émetteurs de la station affluent d’octobre à mars. Après cette période, ce sont plutôt les golfeurs de la ville qui maintiennent l’activité des golfs de la station balnéaire. Aujourd’hui, la ville se distingue par rapport à d’autres destinations golfiques. Elle est la seule à recevoir aux mêmes dates une épreuve masculine et une épreuve féminine de golf professionnel à travers le Trophée Hassan II et la Coupe Lalla Meryem, organisés depuis 2011 dans la station balnéaire. Il en découle d’importantes retombées médiatiques.
Reste que pour se développer sur la destination l’activité a besoin de plus de promotion tout au long de l’année à travers notamment la presse spécialisée. Pour Guy Marrache qui dispose à travers son groupe d’un des premiers golfs de la station balnéaire, le développement de l’activité passe aussi par celui de l’aérien. Le nombre de liaisons actuelles est insuffisant pour doper l’activité  sans compter que celui des vols low cost a diminué de près de 50% depuis un an. Il est donc  important d’améliorer l’accès de la destination mais aussi d’offrir des attractions complémentaires pour mieux se positionner par rapport à la concurrence et mieux séduire les golfeurs. Le golf étant une des seules niches que l’on peut combiner avec d’autres thématiques touristiques.



0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page