Appel a soutien pour le procés du 17 janvier 2008 à Ouarzazate

Dimanche 06 Janvier 2008,il est 20H et environ trois cents personnes sont rassemblées sur la place de Boumalne Dades. Le groupe s'étend des marches de la mosquée aux portes du vieux souk et Le noyau, d une centaine de manifestants, bloque la circulation. Pas de banderoles ni de drapeaux. Des jeunes lycéens et étudiants rejoignent les habitants de Msmerir qui protestent en raison de la route bloquée par la neige et des coupures d'électricité et d'eau dans leur village depuis les dernières intemperies.Certains des villageois sont ainsi resté bloqués à Boumaln. La non-assistance de l'état est chaque année assez systématique pour ce village de haute montagne situé en bout de vallée à 2600 mètres d'altitude. Les habitants de 11 villages avaient deja boycotté l'urne aux dernieres élections, en septembre 2007.

La manifestation a debuté à 14H, après leur renvoi du bureau du Caïd, par une occupation de la route et s'est terminée par des affrontements avec la police. Un drapeau marocain y a eté brûlé. Le lendemain, on recense des blessés (dont deux policiers) et 50 arrestations (majoritairement d'étudiants dont deux lycéens mineurs) transférés à Ouarzazate. Un état d'urgence est décrété, la ville cernée par les forces auxilliaires, des perquisitions nocturnes ont lieu, la police interpelle 6 jeunes de l'internat, sous couvert de l 'administration du lycée. Certains étudiants ne vont plus en cours dans la crainte d'une nouvelle intervention policière. Les jours qui suivent, la gendarmerie recherche des jeunes dans différents villages, en ville et au lycée.

Parmis ces 50 personnes (42 d'après les journaux) certains sont toujours en garde-a-vue à Ouarzazate, interrogés par differents corps de police venus de Rabat et une quinzaine d'entre eux sont en prison préventive après des interrogatoires musclés dans l'attente de leurs procés. Des manifestations ont eu lieu depuis dans differentes villes, notamment à Agadir, Errachidia et Marakech. Vendredi 11 janvier, une manifestation de soutien (d'environ 200 personnes) venue des villages de Agdel, Timline, Akdim, Ait Aomar, bloque la route à Goulmima.

Jeudi 17 janvier à 9 heures a lieu la première partie du procés au tribunal de Ouarzazate. Y comparaitront 9 personnes accusés d'infraction au code pénal ( manifestation illégale, jets de pierres et violence envers la police, bloquage de la circulation, drapeau marocain en feu et atteinte au sacré ) et 7 autres d'infraction au code civil ( présence sur les lieux de la manifestation ).

Nous appelons tout le monde à se rendre au tribunal le jeudi 17 janvier à 9 heures afin de manifester notre soutien.

Nous apellons les militants nationaux et internationnaux des differents mouvement de solidarité, defenseurs des droits humains, militants politiques, syndicaux ou associatifs pour dénoncer l'arrestation de ces manifestants.

envoyez des faxs de soutien avant jeudi et réclamez la liberation immédiate des prisonniers aux :

Gouverneur de la province de Ouarzazate : 0021244882568
Premier Ministre : 0021237768656
Ministre de la justice : 0021237723710
Ministre de l'interieur : 0021237767404

vous pouvez egalement nous ecrire par mail afin de devenir signataire de cet appel :

boumalnmanifestation@yahoo.fr

Comité des familles des arrêtés,membres de l' Association Marocaine des Diplomés Chômeurs,membres de la C.D.T section Boumaln Dades

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page