Auchan divorce d'ONA, son partenaire au Maroc

Le groupe a cédé à son associé les 49% qu'il détenait dans les supermarchés Acima et les hypermarchés Marjane.

Vendredi 24 août, le groupe français de distribution Auchan a décidé de divorcer du groupe Omnium Nord-Africain (ONA), son partenaire au Maroc après un mariage de sept ans.
Auchan a don cédé, jeudi, à son associé les 49% qu'il détenait dans la chaîne de supermarchés Acima et le réseau d'hypermarchés Marjane.
"Les contrats d'assistance et sourcing seront honorés par Auchan pour les prochains mois", a toutefois précisé le groupe, numéro 10 mondial du secteur.
A la fin 2006, les 22 supermarchés d'Acima et les 13 hypermarchés Marjane représentaient ensemble un chiffre d'affaires hors taxes de 613 millions d'euros et comptaient quelque 5.200 salariés.

Télécharger
Le communiqué d'Auchan

Cession "à un prix satisfaisant"

Contactée en France, une porte-parole d'Auchan a expliqué que cette cession faisait suite au différend qui opposait le groupe français avec ONA, premier groupe privé du Maroc, depuis 2006.
"Auchan aurait préféré une autre issue mais nous avons fait le constat qu'on ne pouvait plus travailler ensemble", a-t-elle indiqué avant de plaider: “la logique d'Auchan est de gérer ou de co-gérer ses activités. Dans la mesure où ce n'était plus possible, il n'y avait plus aucune raison de rester. Au cours de ces derniers mois, nous avons fait toutes les tentatives pour régler ce conflit, mais sans résultat".
Enfin, elle précise que cette cession a été réalisée "à un prix satisfaisant qui générerait une plus-value sur le compte d'Auchan en 2007", mais n'en précise pas le montant.

“Coup de force“ d'ONA depuis mars 2006

Le conflit entre les deux associés remonte à mars 2006. A l'époque, lors d'un conseil de surveillance, ONA avait fait voter, à une majorité simple, et ce contre l'avis d'Auchan, une résolution prévoyant le passage de 2 à 3 le nombre des membres du directoire de Marjane et d'Acima, soit deux membres ONA et un d'Auchan.
Le désaccord avait fini devant le collège arbitral qui avait tranché fin janvier 2007 en faveur de l'ONA.
Depuis, les relations étaient plus que tendues, ONA allant même jusqu'à affirmer que le dialogue avec son partenaire français était rendu "plus difficile par les termes forts déplaisants" d'Auchan après la décision d'arbitrage.
De son coté, le groupe français avait parlé de "coup de force" d'ONA.

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page