Campagnes de propreté à Agadir : Oued Lhouar, un point noir désolant

Toujours dans un souci d'associer les représentants de la presse nationale et régionale dans ses sorties de prospection et de concertation et ses actions de proximité, le président de la commune d'Agadir, accompagné de quelques conseillers et du staff du service technique, s'est fixé comme destination le fameux point noir de la ville dite Oued Lhouar, notamment du côté de Sidi Youssef et de Rafaâ F'llah.
Déjà, dans le cadre des campagnes de propreté entamées par le conseil municipal dans l'ensemble du territoire de la commune, une cinquantaine d'agents de balayage et des engins (chargeuses et camions) ont été mobilisées sur les lieux pour une tâche des plus rudes. Depuis la prolifération des habitations dans l'anarchie la plus totale, dictée malheureusement par des calculs électoraux, la situation de cet endroit, devenu par l'éclatement démographique et urbanistique le c¦ur d'une cité en pleine effervescence, ne fait qu'empirer. L'absence de l'installation du réseau d'assainissement poussant les habitants riverains à se frayer des conduits permettant le jet des eaux usées directement dans l'oued et à se confectionner des fosses sceptiques en pleine maison se trouvant un peu plus loin et causant, par la force des choses des fissures, voire des inclinaisons fort dangereuses.
Ces unités denses et débordantes entraînent des ambiances de proximité et d'insalubrité désastreuses. La couverture de l'oued avec l'implantation d'un canal souterrain, v¦u des citoyens mitoyens, est, en fait, chose impossible, selon les techniciens de la commune. L'expérience de Laghzoua en est bien la preuve de l'inefficacité de cette formule. On ne peut donc se hasarder à courir un oued de peur de causer des désagréments fâcheux au niveau du conduit enseveli. La campagne de nettoyage même à une cadence soutenue, s'avère également insuffisante si les habitants continuent à prendre l'oued pour un dépotoir. Une large action de sensibilisation et même de répression est à mettre en place afin d'approfondir davantage le respect de l'environnement et de propager les valeurs du civisme chez les citoyens.
C'est justement l'objectif de cette visite qui a permis, en effet, l'échange des propositions et des remèdes à entrevoir et surtout l'incitation à l'éducation civique. Cette approche citoyenne a, effectivement, suscité chez les habitants en place des manifestations de culpabilité et d'accusation, voire de critique directe et sèche entre eux. Reste, bien sûr, le problème d'assainissement qui est à l'origine de cette situation calamiteuse. Un déficit qui nécessite un traitement tout particulier et salvateur. Il est à signaler, enfin, que la commune d'Agadir mène actuellement trois campagnes de propreté pour :
* Lutter contre les points noirs et les dépôts de gravats dans l'ensemble du territoire de la ville.
* Lutter contre les récupérateurs et les chiffonniers, menée conjointement avec les autorités locales.
* Nettoyer des bacs des ordures ménagères, leur emplacement, les trottoirs et les places.
Ces campagnes sont menées par la commune avec la participation de certaines entreprises citoyennes.


0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page