Culture : « Mille et une nuits » de Ramadan à Agadir

Organisées par l’Institut Français d’Agadir, les « nuits du Ramadan » offriront au public d’Agadir, pendant presque tout le mois de jeûne, un programme musical de haut niveau et d’une grande diversité. Ainsi, une pléiade d’artistes, venus de différents horizons, se succèderont sur scène. Histoire d’étaler, sous le ciel étoilé d’une nuit de Ramadan, toute la richesse de la musique.

Culture : « Mille et une nuits » de Ramadan à Agadir

Cette richesse se traduira à travers la diversité des mélodies et des genres musicaux qui seront à l’affiche. En effet, le public gadiri aura à savourer des genres classiques arabes et amazighs mais aussi du jazz, purement occidental, et des rythmes de l’île de la Réunion. Pour montrer ses couleurs dès le début, le concert inaugural des « nuits du Ramadan » a été ainsi animé par l’artiste comorienne Nawal.

Le 4 septembre prochain, l’une des principales attractions de la soirée sera sans doute le duo formé par le guitariste français Thibault Cauvin et le luthiste marocain Jamal Chafai, pour un cocktail de Jazz, de musiques orientales…le tout avec un soupçon de blues. Le 17 septembre, ce sera au tour de la troupe syrienne "Bab Silm" de monter sur scène pour présenter au public une sorte de mélange entre les cultures orientale et occidentale, inspiré du Soufisme.

La musique ne sera pas toutefois la seule vedette de ces « nuits du Ramadan ». En effet, une exposition de photographies sera aussi au menu, du 4 au 26 septembre. Il s’agit des œuvres picturales de Hicham Mansouri, représentant le vécu quotidien dans quatre villages de la région d’Ouarzazate, à savoir Taguenzalte, Ghessat, Taghia et Taoundoute. L’on remarquera au passage l’interaction, proche de l’intimité, entre le photographe et les sujets de ses œuvres.

Tout au long de ce mois sacré, Agadir vivra ainsi au rythme d’une culture ramadanesque, exposée au public dans ses expressions les plus communes : la musique et l’image. « Mille et une nuits » de symbiose et de partage entre plusieurs sensibilités issues du Royaume mais aussi venues d’outre-mer.



0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page