Démantèlement d'un "réseau terroriste" visant le Maroc et la Belgique

La police marocaine a démantelé un "réseau terroriste" de 11 personnes qui projetaient des actes terroristes au Maroc et en Belgique, a rapporté lundi l'agence marocaine Map. Les 11 personnes, dont un Marocain résidant en Belgique, ont été arrêtées dans les villes marocaines de Fès (centre) et Nador (nord). "Ce réseau (...) projetait des actes terroristes au Maroc et en Belgique", a indiqué la Map. Les personnes arrêtées sont en relation "avec des filières d'acheminement de volontaires en Irak et pour les camps d'Al-Qaïda au Maghreb islamique en Algérie", a affirmé l'agence marocaine. En Belgique, la radio VRT a rapporté lundi soir, sans citer de sources, qu'un bâtiment de l'Union européenne et un hôtel bruxellois faisaient partie des cibles que visait ce réseau terroriste. "Le Caprice des Dieux - surnom de l'un des bâtiments du Parlement européen à Bruxelles - ainsi qu'un hôtel de la chaîne Sheraton auraient été visés", a rapporté la radio de radio publique néerlandophone. Le parquet fédéral belge, qui centralise les dossiers de terrorisme en Belgique, n'était pas joignable dans l'immédiat pour commenter l'information de la VRT. Auparavant, le parquet fédéral belge avait indiqué n'avoir pas été informé de cette affaire par les autorités marocaines. "On n'était pas au courant, on vient de l'apprendre par les médias. On ne sait absolument pas de quoi il peut s'agir", avait déclaré à l'AFP la porte-parole du parquet fédéral, qui centralise les dossiers de terrorisme en Belgique. "Nous n'avons pas été directement impliqués, même s'il se peut que les Marocains se soient basés sur des informations venant de Belgique pour construire leur dossier", a ajouté la porte-parole, Lieve Pellens, selon qui des informations sont régulièrement échangées entre les justices des deux pays. La Belgique a demandé à son magistrat de liaison en poste à Rabat "de se renseigner", mais il ne faut pas attendre de réponse dans l'immédiat, a-t-elle précisé. Selon l'agence Map, "les personnes arrêtées dans le cadre de cette affaire seront présentées à la justice pour répondre de leurs actes". Leur identité n'a pas été précisée. La Map affirme que les services de sécurité ont démantelé le réseau terroriste présumé sous la supervision du parquet. Une source proche du gouvernement marocain, contactée par l'AFP, a indiqué que le réseau dont le démantèlement a été annoncé lundi "n'avait rien à voir avec celui du (Belgo-marocain) Abdelkader Belliraj", composé de 35 personnes écrouées le 29 février à Salé, près de Rabat, et poursuivies pour "terrorisme".

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page