Le Festival Gnaoua continue à encourager les jeunes talents marocains

Le Festival Gnaoua et Musiques du monde, qui fête cette année son 10ème anniversaire, a été de nouveau une occasion pour les jeunes talents marocains de s'épanouir sur scène et faire partager leur musique avec le public.
Plusieurs groupes ""révélations"" de la scène actuelle ont été au rendez-vous de cette manifestation, au grand bonheur des jeunes spectateurs, très nombreux à affluer sur la cité des Alizés.

De tous ces groupes, H-Kayne a été le plus attendu par le public. Considéré comme ""marque de fabrique du hip-hop marocain"", ce groupe s'est fait connaître en se forgeant sa propre identité musicale: un mélange de groovy oriental rythmé d'influences hip-hop.


Etoffée par des textes populaires, cette musique se situe à l'antipode des clichés du gangsta-rap (rap des gangsters).

En 2003, le groupe signe son premier album, entièrement auto-produit ""Un son de bled'art"", suivie d'un deuxième: ""HK 1426"", mais avec une maison de disque marocaine cette fois. La sortie de cet album marque l'émergence du mouvement ""Hip-hop made in Morocco"".

Le groupe de Steph Ragga Man a également fait sensation lors du festival.

Steph, ou Mustapha de son vrai prénom, est une vraie étincelle marocaine orientée vers le Ragga Dancehall.

C'est dans le hip-hop qu'il a fait ses débuts pour remporter en 1999 le premier Tremplin des jeunes musiciens à Casablanca au sein du groupe Technique Black.

Composé de neuf musiciens d'Essaouira, le groupe Blue Mogador, également présent lors du festival, s'inspire, quant à lui, de la musique gnaoua, d'influences de l'Afrique Noire, de la musique populaire marocaine, ainsi que des rythmes modernes tels le jazz et le blues.

L'union de la voix, de la mélodie et du rythme font la force de ce groupe créé en 2000, dont les créations se basent sur divers instruments musicaux tels les crotales, le guembri, le djembé africain, la guitare et le violon, outre la batterie et la darbouka.

Le concert donné par le groupe casablancais Darga est un autre moment fort pour les jeunes spectateurs durant le festival.

Composé de dix personnes, cette formation musicale prône une vision de métissage où s'entrecroisent une multitude de sons et de mélodies. Il trouve son inspiration aux confins du reggae, ragga, gnawa, allaoui, rock, ska, dub, funk et jazz.

D'autres groupes de jeunes musiciens se sont produits à l'occasion de la 10ème édition du Festival Gnaoua, dont Banqour Fusion, Zazz, Casa Crew et We Love Morocco.

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page