l’Iran refuse les "noix et les chocolats" des Européens

La réunion de Londres sur l’Iran prévue vendredi entre Européens, Etats-Unis, Chine et Russie, a été repoussée « pour permettre d’(en) approfondir les préparatifs », a déclaré mercredi à l’AFP un porte-parole du Foreign Office.

Cette annonce est intervenue peu après que l’Iran eut ridiculisé l’offre à venir des Européens pour que l’Iran suspende son enrichissement d’uranium, en l’assimilant à des « noix et des chocolats ». « La raison (du report) est de permettre une préparation plus détaillée des propositions de l’UE-3 à l’Iran », a précisé le porte-parole du Foreign Office, qui n’a donné aucune nouvelle date pour la rencontre initialement prévue vendredi au niveau des directeurs politiques. Il a simplement ajouté qu’elle pourrait se tenir « dans les dix jours ».

Ahmadinejad ridiculise l’offre européenne

Le Pt iranien Mahmoud Ahmadinejad a ridiculisé mercredi l’offre à venir des Européens pour que l’Iran suspende son enrichissement d’uranium en l’assimilant à des "noix et des chocolats". Il a exclu que Téhéran se plie à cette demande."Ils disent qu’ils veulent nous donner des mesures incitatives. Ils pensent qu’ils peuvent prendre notre or et nous donner en échange quelques noix et des chocolats", a dit le président, dans un discours public dans la ville d’Arak (250 km au sud-ouest de Téhéran), retransmis par la télévision d’Etat. "Nous n’avons pas besoin de vos mesures incitatives", a dit M. Ahmadinejad, Les Européens étudient un ensemble de « mesures » à accorder à l’Iran afin qu’il suspende son enrichissement d’uranium. Ce paquet de mesures porterait sur la coopération dans le nucléaire civil, et dans le domaine économique, selon des sources diplomatiques. Pour les Occidentaux, un rejet de cette offre ouvrirait logiquement la voie à un projet de résolution du Conseil de sécurité envisageant des mesures contraignantes contre l’Iran pour qu’il suspende son programme nucléaire.

L’Iran ne suspendra pas son enrichissement d’uranium

L’Iran ne suspendra pas à nouveau son enrichissement d’uranium, a dit mercredi le Pt Mahmoud Ahmadinejad. "Nous avons accepté la suspensionde l’enrichissementpendant deux ans et cela a été une expérience amère pour le peuple iranien", a dit le président, en ajoutant que "les Iraniens ne se feront pas piéger deux fois". Téhéran avait suspendu son programme nucléaire en octobre 2003 en échange de l’ouverture de négociations avec les Européens. Elles ont été rompues en août dernier quand l’Iran a repris sa conversion d’uranium, préalable à l’enrichissement, qui a commencé en avril. Le président a tenu son discours dans la ville d’Arak, où l’Iran construit un réacteur nucléaire à eau lourde, qui permet d’obtenir du plutonium pour fabriquer une bombe atomique. L’Agence internationale de l’énergie atomique (AIEA), appuyée par le Conseil de sécurité des Nations unies, a demandé à Téhéran de suspendre la construction de la centrale d’Arak, et surtout son enrichissement d’uranium. "Ne faites pas en sorte que les pays et les autres peuples renoncent à être membres du TNP et tirent un trait sur l’Agence" internationale de l’énergie atomique, a-t-il dit. Cet avertissement a trouvé un écho certain à Pékin et Moscou, qui s’opposent à la politique d’isolement international de l’Iran, poursuivie par Washington, en craignant qu’elle ne pousse Téhéran à rompre sa coopération avec l’AIEA. La foule a scandé les différentes parties du discours du président en criant "Ahmadinejad, nous t’aimons", et "Mort à l’Amérique".

Moscou prône la poursuite d’un dialogue avec Téhéran

Moscou a prôné mercredi la poursuite du dialogue avec l’Iran en dépit du refus de Téhéran de céder sur son programme nucléaire en échange des mesures incitatives proposées par les Européens. "Il faut se concentrer sur la recherche de solutions qui engageraient l’Iran au dialogue", a déclaré le ministre des AE, Sergueï Lavrov en réponse à une question sur un éventuel soutien de la Russie à des sanctions contre l’Iran si Téhéran repoussait les initiatives de paix. "Les tentatives pour élaborer un scénario négatif ne mèneront pas à un succès", a-t-il ajouté lors d’une conférence de presse avec son homologue soudanais Lam Akol.

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page