L'ouverture nord-coréenne

Accord historique entre les Etats-Unis et la Corée du Nord. Pyongyang s'est engagé à neutraliser ses installations nucléaires avant la fin de l'année 2007. Après deux ans d'âpres négociations, cette décision semble être un nouveau signe d'ouverture de la part du pays le plus fermé au monde. Mais derrière cet accord plane la nécessité pour Pyongyang de bénéficier d'aides économiques... et humanitaires.

La Corée du Nord a accepté de faire des concessions sur son programme nucléaire. Cette annonce a été faite au terme de la rencontre qui a eu lieu à Genève entre le diplomate américain Christopher Hill et le principal négociateur nord-coréen Kim Kye-Gwan. Cet engagement de Pyongyang prévoit la neutralisation complète des installations atomiques d'ici la fin de l'année. Reste encore à ce que ce démantèlement soit effectif.

Cet accord est néanmoins historique. Lancées en 2005, les négociations avançaient lentement du fait des réticences de Pyongyang face aux exigences américaines. La Corée du nord avait montré qu'elle était capable de faire des concessions en contrepartie, seulement, d'aides économiques. Il aura donc fallu deux ans pour mener à bien un accord sur le démantèlement des installations nucléaires en Corée du Nord. Ce pays, qui est connu pour être l'un des pays les plus fermés du monde, menaçait son voisin du sud mais aussi le Japon et les Etats-Unis en pratiquant des essais nucléaires.

Une relation qui continuera de se construire par étape

Le négociateur américain qui est également secrétaire d'état adjoint a fait savoir que les "Nord-Coréens fourniront une liste complète de leurs activités nucléaires et neutraliseront leurs programmes nucléaires d'ici la fin de cette année 2007." Les détails de la procédure de démantèlement seront établis lors de discussions entre les six pays engagés dans ces discussions autour de l'épineux problème du nucléaire nord-coréen, soit la Chine, les Etats-Unis, la Russie, le Japon, et les deux Corées. Ces pourparlers se tiendront dans le courant du mois de septembre en Chine.

Les relations entre les Etats-Unis et la Corée du Nord ne se sont pas pour autant complètement réchauffées par le truchement de cet accord. De l'aveu même du négociateur américain, il ne pourra y avoir de normalisation des relations entre les deux pays que le jour où la Corée du Nord aura abandonné complètement son programme nucléaire. "Je pense que la relation entre les Etats-Unis et la République populaire de Corée est une relation qui continuera de se construire par étape", a-t-il indiqué. En attendant, une étape cruciale vient d'être franchie.

Pyonyang ne veut plus être sur la liste noire

La Corée du Nord aimerait pourtant jouir d'un plus grand apaisement dans ses relations avec Washington en vue de prétendre à des aides humanitaires. Pyongyang a en effet subi des inondations dévastatrices dans le courant du mois de juillet qui ont fait plus de 600 morts et détruit des milliers de maisons. Plus de 170 000 personnes restent actuellement sans-abris dans l'ensemble du pays. Pour pallier à cela et obtenir des aides, il est impératif pour Pyonyang d'être retiré de la liste américaine des "Etats accusés de soutenir le terrorisme", qui condamne pour l'instant la Corée du Nord à ne pas bénéficier de l'octroi d'une aide. En ligne de mire, une enveloppe américaine. Selon Hill, ce sujet a été abordé dimanche mais il reste encore à être développé.

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page