Maroc – Gouvernement - Syndicats

Le Premier ministre marocain, Abbas El Fassi, entamera lundi une nouvelle phase de pourparlers, qualifiée de « décisive » avec les syndicats les plus représentatifs, pour trouver un terrain d’entente sur leurs revendications, a appris APA à Rabat.

Ce round de « Dialogue social », le troisième en quelques mois, portera notamment sur la révision du salaire minimum (SMIG) ainsi que la baisse de l’impôt sur le revenu, indiquent des sources syndicales.

Les syndicats qui seront reçus séparément par le Premier ministre accompagné de huit ministres concernés par le dossier social, demandent un salaire minimum de 3000 dirhams (400 dollars) contre 1800 dirhams actuellement.

Selon des sources bien informées, un terrain d’entente s’impose au regard du contexte actuel marqué par la flambée des prix des produits de base qui met, en outre, le budget de l’Etat sous pression.

En l’état actuel des choses, la caisse publique de soutien des produits de base aura à débourser quelque 37 milliards de dirhams (5 milliards de dollars) en 2008 contre 20 milliards de dirhams prévus initialement.

Quant au plafond de l’exonération de l’impôt sur le revenu, il pourrait atteindre, selon les mêmes sources, 27.000 dirhams puis 30.000 dirhams contre 24.000 dirhams actuellement, bénéficiant ainsi aux différentes bourses.

Les négociations avec les centrales syndicales porteront également sur des projets de loi concernant l’organisation syndicale et la grève.

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page