Maroc : RSF dénonce les peines de prison d’un bloggueur et d’un propriétaire de cybercafé

Le bloggueur Bachir Hazzam et Abdullah Boukfou, propriétaire d’un café Internet, ont été condamnés le mardi par le tribunal de Guelmim (sud) respectivement à quatre mois et un an de prison ferme, apprend-t-on de Reporters sans frontières(RSF). Les deux personnes, renvoyées immédiatement en prison, ont été condamnées pour « diffusion de fausse information portant atteinte à l’image du royaume concernant les droits de l’homme ».

Maroc : RSF dénonce les peines de prison d’un bloggueur et d’un propriétaire de cybercafé

« Alors que le gouvernement marocain a présenté, en octobre dernier, un plan visant à améliorer l’accès à Internet afin de mieux intégrer le royaume à la société de l’information et à l’économie numérique, ces condamnations marquent un retour en arrière et montrent que la liberté d’expression sur Internet ne s’applique pas aux critiques des autorités », s’est indignée RSF, dans une déclaration.

Bachir Hazzam a publié sur son blog, un communiqué diffusé par des étudiants au sujet des manifestations du 1er décembre à Taghjijte (70 km à l’est de Guelmim). Ces derniers dénonçaient dans leur message, une utilisation disproportionnée de la force par la police et les autorités locales, suite à leur mouvement de revendication sur des questions liées au transport et au logement. Trois jours après avoir mis en ligne ce communiqué, l’homme a été arrêté le 7 décembre 2009.

Plusieurs étudiants ont été aussi arrêtés à la suite des manifestations. Ils ont été jugés et écopés de six mois de prison, en même temps que Bachir Hazzam et d’Abdullah Boukfou. D’ailleurs l’arrestation de ce dernier, serait liée aux mouvements estudiantins. Au passage, des cybercafés auraient été fermés temporairement, alors que d’autres auraient été soumis à une étroite surveillance pour empêcher la diffusion d’images ou d’informations, d’après the Arabic Network for Human Rights Information (ANHRI).

Avant leur procès, le 14 décembre, l’Association marocaine des droits de l’Homme (AMDH) et d’autres organisations défendant les droits humains ont organisé un sit-in pacifique devant le Parlement jeudi 10 décembre. C’était à l’occasion de la Journée internationale des droits de l’Homme. Près de 400 militants et associatifs défenseurs des droits ont scandé ce jour, des slogans affirmant leur dénonciation des dernières violations et atteintes en matière des droits au Maroc.



1 commentaires pour cet article
  1. Le 2010-01-13 à 19:42:54 par baybay 1970

    ce makhzen de merde exagére ,ait baamrane doivent se révolter et ne plus laisser des mouchards comme ce voyou d'afraoui vous présenter ,c'est plus grand corrompu que je n'ai jamais vu.ikh....


Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page