''Maroc Telecom'' câble la Méditerranée pour les centres d'appels

"Maroc Telecom", leader des télécommunications dans le Royaume et filiale à 51 % de "Vivendi", a mis en service un câble sous-marin en fibre optique reliant Asilah et Marseille en vue de satisfaire la demande croissante des centres d'appels téléphoniques, rapporte lundi le quotidien économique français "Les Echos".

Dans le cadre du contrat de près de 26 millions d'euros signé en juillet 2006 avec l'opérateur marocain, l'équipementier français "Alcatel-Lucent" était chargé de la conception, la fabrication, l'installation, la mise en service, l'intégration et les tests de l'ensemble du système "Atlas Offshore", rappelle le journal.

"Atlas Offshore" se propose de contribuer à développer l'interconnexion directe de "Maroc Telecom" avec les différents opérateurs européens présents à Marseille au moment où le secteur est en "plein boom sur fond de convergence de ses services fixes et mobiles", ajoute-t-il.

Après avoir relevé que le nouveau câble vient compléter le système sous-marin "Eurafrica" (3.200 km reliant la France, le Maroc et le Portugal) et le réseau "Sea-Me-We 3", le quotidien fait savoir que grâce à une capacité initiale de 40 Gbps, extensible à 320 Gbps, le câble "Atlas Offshore" va permettre la connexion de 500.000 appels simultanés, répondant ainsi à la demande des centres d'appels et plus généralement des activités d'offshoring.

"Atlas Offshore" sécurise les liens internationaux existants et renforce la capacité du réseau de "Maroc Telecom", qui pourra ainsi distribuer des services haut débit tels l'Internet à haut débit, la télévision sur ADSL et des services de transmission de données mobiles, précise-t-il.

"Alcatel-Lucent" a déjà effectué la pose de deux autres câbles qui relient le Maroc actuellement à partir de Casablanca et Tétouan.

A l'occasion du lancement d'"Atlas Offshore", M. Abdeslem Ahizoune, président du directoire de "Maroc Telecom", a estimé que "la construction de ce câble contribuera à conforter la position de leader du Maroc comme terre d'accueil des entreprises délocalisées", conclut "Les Echos".


0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page