Rachida Dati, le joker de Nicolas Sarkozy

Rachida Dati, le joker de Nicolas SarkozyPlus qu’un Bernard Kouchner en rupture de ban ou un Eric Besson en rébellion contre sa propre famille, Rachida Dati est apparue comme la personnification de la nouveauté et de l’audace.

Que serait le gouvernement Sarkozy-Fillon s’il ne comptait parmi ses ministres les plus visibles et attractifs, Rachida Dati ? Cette interrogation aurait paru provocante, un brin irréel il y a à peine quelques courtes semaines alors que l’intéressée n’était que la porte-voix du candidat UMP à la présidentielle. Aujourd’hui, avec les responsabilités que sont les siennes et sa présence médiatique multiple et variée, Rachida Dati incarne à elle seule l’originalité sarkozienne qui désarme tant les détracteurs et interpelle agréablement les admirateurs.
On ne compte plus ni les Unes des magazines et des quotidiens à grand tirage qui ont porté le visage fin aux traits berbères prononcés, la silhouette svelte de la nouvelle Garde des Sceaux française, ni les nombreuses apparitions télévisuelles où, avec une dextérité professionnelle, elle a su étaler son sourire et sa fraîcheur. Le tout enrobé d’une parfaite connaissance des dossiers que son parcours de magistrate rendait naturel.
Plus qu’un Bernard Kouchner en rupture de ban ou un Eric Besson en rébellion contre sa propre famille, Rachida Dati est apparue, au bout de quelques courtes semaines de vie gouvernementale, comme la personnification de la nouveauté et de l’audace. A la tête d’un ministère extrêmement sensible, Rachida Dati est en train de passer sa première épreuve du feu par la préparation d’un texte de loi sur les peines planchers pour les récidivistes.
Un sujet qui touche de plein fouet de nombreux jeunes de banlieues qui, au fil d’un bras de fer avec l’ancien ministre de l’Intérieur, avaient participé à brouiller sérieusement son image. La plupart des observateurs ont jugé le texte plus nuancé, moins brutal que les effets de manches électoraux de Nicolas Sarkozy ne le laissaient prévoir. Avec une particularité que la presse avait soulignée : L’absence d’automaticité des peines. Faut-il y voir l’effet Dati ou d’un simple recul de Sarkozy sur la question ?
Rachida Dati, cette «célibattante» de 41 ans qui n’hésite pas à affirmer qu’«Il faut arrêter de ne voir dans la population d'origine immigrée que des gens à problèmes ou des Cosettes», est ouvertement chargée par Nicolas Sarkozy d’effacer les malentendus qui ont empoisonné les relations entre l’actuel président de la république et une grande partie de la jeunesse des banlieues.
Pour remplir cette tâche, la ministre de la Justice est exposée à l’excès. Premier accro avec la presse, l’interdiction signifiée par des voies qui se voulaient discrètes à Paris Match de publier des photos d’enfance. Même si selon le directeur de la rédaction Olivier Royan, il ne s’agissait que de photos de la vie ordinaire de Rachida entourée de ses frères et sœurs, la polémique qui avait enflé autour de cette affaire avait fait craindre à beaucoup le retour de la censure et suscité une curiosité encore plus malsaine sur la trajectoire de Rachida.
L’usage abusif de l’image de Rachida Dati par Nicolas Sarkozy et le gouvernement Fillon n’est pas dénué d’arrière-pensées électorales. A la veille d’un scrutin législatif où l’UMP voudrait offrir au nouveau maître de l’Elysée une majorité confortable, les enjeux paraissent se jouer sur tous les terrains.
Le chef de l’extrême droite Jean-Marie Le Pen avait repéré le danger électoral pour sa chapelle qu’il y avait à valoriser des symboles issus de l’immigration. Utilisant son célèbre coup de pied de l’âne, Jean-Marie Le Pen assène sa charge au dessus de la ceinture. S’il était au pouvoir, le Front National, hostile à la double nationalité, interpellerait Rachida Dati : «Par exemple, affirme Jean-Marie Le Pen, il poserait la question à Madame Dati : est ce que vous avez la nationalité marocaine, ou est-ce que vous avez la nationalité française? (…) Vous devez choisir.»
À la tête du ministère de la Justice qui gère les affaires les plus sensibles et les dossiers les plus explosifs de la république, Rachida Dati est surexposée et marche sur le fil du rasoir. Même si on l’a dit très encadrée par des Sarkozystes expérimentés, elle se trouve sur un stand de tir dangereux. Chacune de ses déclarations est scrutée avec attention. Chacun de ses gestes est épié avec minutie. C’est dire l’énorme pression qui pèse sur ses frêles épaules de novice en politique.

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page