Sarkozy agace l’Europe avec ses propos au Maroc

Deuxième jour du voyage présidentiel de Nicolas Sarkozy au Royaume du Maroc. Sarkozy a fait connaître son envie d’ organiser de nouveau une conférence euro-africaine alors que la France doit prendre la présidence de l’Union européenne au deuxième semestre 2008. Un projet qui agace légèrement l’UE, qui au travers de la Commission européenne a demandé des éclaircissements.

www.radinrue.com le 23 octobre 2007 15h45 par : B. Pyrz

Nicolas Sarkozy s’est adressé devant les parlementaires du Royaume du Maroc. Il a mis en valeur la Conférence euro-africaine, citant celle de juillet 2006 ’ à Rabat ’ où furent présents 30 pays européens et 27 pays africains, au travers d’elle on "avait ouvert une nouvelle ère dans l’histoire des migrations". L’essentiel, désormais, est "d’améliorer la gestion concertée des flux légaux de personnes entre les deux rives de la Méditerranée", a donc expliqué Nicolas Sarkozy.

Le Chef de l’État français était visiblement heureux à la sortie de l’assemblée du Maroc, il s’est même félicité : "Je trouve l’accueil absolument fantastique" /…/ "C’est une magnifique visite d’Etat. Les intérêts économiques de la France y sont je crois bien défendus", et il a de quoi être fier Nicolas Sarkozy, les 70 chefs d’entreprises qui l’accompagnent repartent avec des contrats, quelque chose comme 3 milliards d’Euros… et des poussières.

Du côté de l’Union Européenne, on reste un peu sur ses gardes, Nicolas Sarkozy semble pour de nombreux diplomates dépasser son rôle de président de la France, et son idée de faire avancer la demande marocaine d’obtention d’un "statut avancé" auprès de l’Union, lorsque la France en aura la présidence en 2008, met sur les fesses certains dirigeants européen."Le partenariat avec l’Union européenne a aidé le Maroc à accomplir des progrès décisifs", rappelle pour sa part Sarkozy. Si la revendication marocaine aboutit, son nouveau statut permettrait notamment un "dialogue stratégique plus étroit", et la participation du Maroc à des agences européennes. Pour déplaire davantage à certains pays de l’UE, Sarkozy va sans avoir froid foncer dans la brèche du nucléaire, la veille des conclusions du Grenelle de l’Environnement à Paris, il vend le projet de donner à Rabat la possibilité de se doter d’"une filière nucléaire civile", estimant que "l’énergie du futur n’a pas vocation à être la possession exclusive des pays les plus développés". Alors certains à Bruxelles s’agacent, et ils sont nombreux, l’idée même d’une Union méditerranéenne, apparaît bien blafarde face aux priorités de l’UE, Sarkozy qui demeure agité de l’action en France, semble lasser certains politiques. Et fort de ce scepticisme, la Commission européenne a demandé des éclaircissements : "Toute clarification des autorités françaises serait la bienvenue", entend-on auprès des contact de presse des membres de la CE.

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page