Souk Al Had d'Agadir: le plus grand souk urbain d'Afrique s'offre un lifting

On ne saurait visiter le sud marocain sans venir à Agadir, et, là, on ne saurait résister à la curiosité de voir ce que cache hermétiquement, tel un bijou, cette imposante muraille ocre aux allures d'une kasbah, que l'on appelle Souk Al Had, le plus grand souk urbain d'Afrique.

Souk Al Had d'Agadir:
le plus grand souk urbain d'Afrique s'offre un lifting

Au-delà de son aspect sobre, Souk Al Had génère un chiffre d'affaires de près d'un million de dirhams par jour, explique Ahmed Tazad, responsable de l'administration du Complexe commercial Souk Al Had.
Et il y a de quoi, explique Mme Assia, une visiteuse quadragénaire venue de Rabat : “c'est immense. Chaque rayon vous fait oublier l'autre. Il y a tellement de choses à voir qu'une autre visite s'impose pour un nouveau shopping”.
Première destination d'attraction des touristes nationaux en particulier, avec une affluence de plus en plus croissante de visiteurs étrangers, ce marché (le plus) populaire du Maroc et d'Afrique s'étale sur une superficie couverte de neuf hectares.
40.000 visiteurs par jour:
Il compte quelque 2.000 locaux commerciaux, alors que le nombre des visiteurs oscillent entre 30 et 40.000 par jour, et peut atteindre 80.000 personnes durant les week-ends et les jours de fête religieuses.
Au départ, Souk Al Had se trouvait au quartier Talborj avant le tremblement de 1962. Il a été ensuite transféré à l'actuel quartier industriel avant de s'installer, ici, au début des années 90 sous forme de marché hebdomadaire, d'où son nom d'ailleurs, rappelle Haj Ahmed, un commerçant.
Des travaux d'extension:
Ce marché, qui a subi au moins sept incendies depuis 1990, s'offre aujourd'hui un nouveau lifting devant porter sa superficie à près de 13 ha.
L'achèvement des travaux d'extension du Souk a presque atteint 90%, où l'on prévoit notamment la création d'un abattoir et des commerces de volailles respectant les conditions d'hygiène.
Doté de treize entrées principales et de deux sorties de secours, le souk est géré par une administration relevant du Conseil communal d'Agadir. Il est doté d'un service des impôts, un service de poste et un poste de police, comportant une unité de la police touristique, sans omettre la mise en place éventuellement d'une antenne du Croissant rouge marocain et d'une représentation de la Protection civile.
Côté hygiène, nombre de commerçants ont émis l'espoir de voir cette structure dotée d'une unité permanente de contrôle. Auprès du Conseil communal, on assure qu'une décharge pour les déchets est déjà mise en place, sachant que le souk est fermé durant toute la journée du lundi pour nettoyage.
Récemment, des associations professionnelles et huit syndicats actifs dans cette structure, qui emploient au moins 10.000 personnes, se sont élevées contre le vol, le manque de sécurité et la prolifération des marchands ambulants, entre autres.



0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page