Timitar 2011 : Programme de la soirée du mercredi 23 juin

En cette 8ème édition, Le festival gagne en notoriété et assoie son image de festival world music en devenant ainsi une référence incontournable en matières de festivités estivales au Maroc.

Timitar 2011 : Programme de la soirée du mercredi 23 juin

La formules qui a fait son succès lors des éditions précédentes est encore une fois appliquée, un mélange de têtes d’affiches internationales et une talents locaux sont invités à faire bouger la vie nocturne d’Agadir pendant 4 jours.

Timitar 2011 nous promet un programme varié et riche en terme artistique, des spectacles teintés de musique Jazz, Hip hop, Reggae  et beaucoup d’autres dans le but de répondre aux goûts du public, qu’il soit d’Agadir ou d’ ailleurs.

L’organisation de cette édition a connue pas mal d’imprévus logistique, notamment à cause du décalage de la date du mois sacré du ramadan et éviter que Timitar coincide avec son équivalent Souiri. Aziz akhenouche l’avait expliquai lors de la conférence de presse : « En raison du ramadan qui coïncide avec le mois d’août, nous avons avancé la date du festival d’une semaine afin de ne pas empiéter sur la saison estivale d’Agadir et la disponibilité des établissements hôteliers ».

Beaucoup d’effort fournis malgré les difficultés rencontrées pour finalement présenter une programmation à la hauteur, dans laquelle nous  découvrirons en tête d’affiche Amadou & Mariam et les mythique Kool & the Gang, la splendide Zahra Hindi, Sofia Charai, le groupe Laryache, ainsi queba du Rai marocain avec Youness.

Notons que l’édition 2011 du festival Timitar mettra en avant une programmation complète de Rways et Raïssate, l’objectif est de faire découvrir la culture locale et les grands classiques interprétés pour les stars montantes de la musique Amazigh, ainsi que les pionniers de ce genre musical comme Oudaden, Rayss Arsmouk ou encore Fatima Tabaamrant au côtés de d’autres grands artistes qu’on vous laisse découvrir à travers cette sélection :

Mercredi 23 juin

Place Al Amal:

La première journée débutera avec de la musique Gnaoua qui sera assurée sur la Place Al Amal par une formation locale, Gnaoua d’ Agadir, ambassadeurs de cette musique dans le monde entier, qui vont allier leur musique au sonorités celtiques d’un groupe breton très sensible. Ensuite le publique aura l’honneur d’assister au groupe Laryach qui se produira pour la première fois sur la scène de Timitar et considéré comme une référence de la musique amazighe. Par la suite Youness, la révélation 2003 de studio 2M, nous vient de France pour nous faire balader avec sa musique raï pimentée de soul, et juste après un peu de Chaabi à la sauce Senhaji avec des thèmes et des rythmes purement marocain. Dj Nabdil venu de France clôturera la première journée avec un set accompagné du Vj italovideo.

Bagad de Saint-Nazaire:


Bagad signifie «groupe» en breton. Un bagad est une formation musicale bretonne inspirée du pipe band écossais. Elle est composée de trois pupitres : biniou bras (cornemuse écossaise), bombarde et percussion. Créé en 1953, le Bagad de St Nazaire réunit aujourd’hui plus de 80 musiciens. Unique Bagad de Loire Atlantique en France, cette formation est très attachée à ses racines bretonnes qui imprègnent leurs compositions, mais elle est également très sensible aux sonorités venues d’ailleurs. 









Gnaouas d’Agadir.


Originaires du Soudan Occidental, du Ghana, du Mali, du Niger et du Sénégal, la musique Gnaoui fait à présent partie du patrimoine marocain. La musique des gnaouas est classée parmi les musiques sacrées mais elle possède de nombreuses caractéristiques communes avec le jazz. Agadir Gnaouas est l’une des troupes qui perpétuent cette tradition avec une grande rigueur et la diffusent depuis de nombreuses années dans le monde entier (France, Espagne, Hollande, Belgique, Haïti, Inde, Tanzanie, Norvège…)










Laryach (Maroc/France):

Auteur de succès inoubliables, 37 ans après sa création, le groupe Laryach se produira pour la première fois sur la scène de Timitar. C’est dans le quartier populaire de Boutchakkat, à Agadir, qu’en 1973, les frères Mossir décident de fonder le groupe qui sera considéré par la suite comme une référence de la musique amazighe. Entre studios et concerts, le groupe a parcouru un long chemin. Ayant enchaîné les triomphes à une vitesse vertigineuse, l’oeuvre artistique de Laryach compte aujourd’hui une vingtaine d’albums. Avec des succès inoubliables tels que «Atbir Iga Lkssibt», «Agadir», ou encore «Salam Salam».








Senhaji (Maroc):


Said Senhaji est un chanteur-compositeur marocain de chaâbi. Il a commencé sa carrière musicale à l’âge de 14 ans. Il doit son succès à l’interprétation de «Zid Dardeg Aoud Dardeg». Il respecte la tradition marocaine des paroles, des thèmes et du rythme, tout en n’hésitant pas à moderniser l’instrumentation. Said Senhaji se produit au niveau international accompagné de Rachid Karaman, son meilleur ami et claviériste avec qui il interprète plusieurs duos comme «Alwa», «Zid dardak» ou encore «Chitana».








Youness (Maroc/France):

Né en 1983 au sein d’une famille de mélomanes dans la cité impériale de Fès et révélé en 2003 par un casting de Studio 2M, Youness a rapidement remporté la sympathie du public qui l’écoutait. Youness a grandi rythmé par les sons chaâbi et andalou, mais il a choisi de créer une musique raï pimentée de soul. Etabli à Strasbourg depuis 2003, Youness, qu’on ne saurait définir exclusivement comme un chanteur de raï nourrit sa musique des musiques populaires marocaines. Il s’est déjà produit trois fois au Zénith de Paris. Il termine actuellement l’enregistrement de son tout premier album, «Safar». Les thèmes qu’il aborde à travers ses chansons sont : les déchirements de l’exil, les galères et l’amour. 









Dj Nadbil (France/Algérie):


Depuis 6 ans, le jeune Dj Nadbil promène ses platines et distille ses sons à travers la France, aussi bien dans des soirées branchées que dans les fêtes de mariages. Dj Nadbil est plus qu’un simple passeur de disques sur sa platine, il rime les sons avec fluidité et finesse, tout en restant à la pointe des nouveautés musicales afin de proposer un répertoire aussi riche que varié, où le meilleur de la musique est au menu: raï, Kabyle, alaoui, regada, staïfi, chaâbi marocain ou algérois, oriental, R’n’B, funk, house...







Theatre de verdure:

La soirée qui se déroulera au Théâtre de verdure sera marquée par un hommage aux Rayssates (Kabira) et  (Naima) qui  offrirons au publique de la musique Amazigh moderne, la soirée continuera avec une formation qui nous vient  d’Ouzbékistan. En fin de soirée, de la musique Andalouse avec Abderrahim Souiri, l’une des icônes marocaines qui ont su moderniser ce genre musicale.


Rayssa Kabira:

Née en 1984 à Had Dra dans la région de Chiadma, non loin de la ville d’Essaouira, Rayssa Kabira perpétue la tradition des Rayssates. Sa carrière a démarré récement, en 2006 à Tiznit, en participant au Prix Haj Belaid où elle a obtenu le 3ème Prix. C’est en 2006 aussi qu’elle sort son premier album «Tabrat Oumzouri» suivi d’un autre en 2007 «Tassanou Tassanou». Rayssa Kabira s’est produite dans plusieurs festivals au Maroc et a participé à de nombreuses émissions de télévision. Sa carrière ne fait que commencer…

Rayssa Naïma:

Naïma Moujahid, artsite connue davantage sous son nom d’artiste : Naïma Tisslatine, a appris la musique amazighe avec les grands noms de ce répertoire, notamment Rayss Lahoussine Aresmouk, Lahoussine Amerrakchi. Depuis 1995 l’année, où elle débute sa carrière, elle a enregistré plus de dix albums et s’est imposée comme l’une des grandes chanteuses amazighes. Rayssa Naïma a réussi à imposer son style moderne, rythmé par des créations personnelles enrichies de chorégraphies. Elle s’est produite dans de nombreux festivals nationaux.

Registan (Ouzbékistan):

Cette formation s’est créée en 2005. Les musiciens qui la composent sont tous des musiciens professionnels confirmés et reconnus. En effet chacun des musiciens de cette formation a remporté de nombreux concours. Registan a déjà publié trois albums depuis sa création. Ils se sont produits à travers le monde entier, diffusant ainsi leur répertoire qui laisse la part belle à la musique Ouzbèke ainsi qu’aux musiques du monde. Leur représentation est une occasion unique d’aller à la rencontre des sonorités ouzbèkes, avec un art du spectacle et une maîtrise de l’improvisation inégalée.








Abderrahim Souiri (Maroc):

Abderrahim Souiri est un chanteur marocain originaire d’Essaouira. Il se fait connaître grâce à Fqih Lhiyani, à Haj Benjelloun Touimi et à Abdelkrim Raiss. Son père Maâllam Benjemaa Essouiri était un musicien de l’Orchestre de la Musique arabo-andalouse, mais aussi le doyen des chanteurs du Madih et du Sama’. Abderrahim Souiri est devenu l’un des principaux représentants de la musique arabo-andalouse, genre musical qu’il modernise et rend populaire.










0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page