Timitar : Hommage posthume à Mohamed Khair-Eddine

La cinquième édition de Timitar, Festival des musiques amazighes et des musiques du monde qui se déroule du 1er au 6 juillet à Agadir, rend cette année un hommage posthume au romancier et poète Mohamed Khair-Eddine.

Timitar : Hommage posthume à Mohamed Khair-Eddine Un colloque international portant sur "L'œuvre de Mohamed Khair-Eddine : forme et contenu, exil, spécificité et universalité" est ainsi organisé les 1er et 2 juillet en partenariat avec le Conseil de la communauté marocaine à l'étranger (CCME).

La première journée du colloque est consacrée au personnage de Mohamed Khair-eddine, indique un communiqué du CCME, ajoutant que les interventions des invités tels que Edmond Amran El Maleh, Abdellah Bounfour, Tassdit Yacine, Abdellah Baida mettront en valeur et souligneront la complexité du personnage, l'homme d'exil et d'errance, le voyageur en perpétuel recherches et quêtes, l'intellectuel marginalisé.

La deuxième journée du colloque sera l'occasion d'explorer l'£uvre de Mohamed Khair-eddine sous ces différents aspects, précise la même source, ajoutant que son écriture insolite foisonne de symboliques et de messages, des chercheurs tels que Claude Lefebure, Karima Yatribi, Zohra Mezgueldi proposeront un voyage à travers son œuvre et ces symboles, la ville engloutie, l'identité berbère, Agadir, la rencontre avec la mort et la tradition.

Dans le même cadre, une création théâtrale intitulée "Fragments d'une vie d'errance" à tirée de l'œuvre de Mohamed Khair-eddine a été présenté lundi l'Institut français d'Agadir.

Cette création théâtrale est le fruit d'une collaboration franco marocaine entre l'association Med Inspiration (Strasbourg) et l'association Afak Sud (Agadir) et mise en scène par Abderrazak Zitouny.

Mohamed Khair-eddine est né à Tafraout en 1941 dans une famille de commerçants. Il a vécu à Agadir (1961-1963), à Casablanca (1963-1965) où il a fréquenté le cercle des Amitiés littéraires et artistique de Casablanca, il est Fondateur du Mouvement "Poésie Toute" en 1964.

En 1965 il s'exile volontairement à Paris où il y publie beaucoup, collabore aux "Lettres nouvelles" et à "Présence africaine" et anime pour France-Culture des émissions radiophoniques nocturnes, il rentre au Maroc en 1979, d'un coup de tête dira-t-il. En 1989, il est à nouveau à Paris où il renoue avec le théâtre. Il est mort à Rabat en 1995.

Khaïr-Eddine publia ses premiers poèmes dans La Vigie marocaine avant de collaborer dans les années 60 à la revue Souffles qu'animait le poète Abdelatif Laabi.

Il s'installa en France, en 1966, et publia, l'année suivante, Agadir (Seuil). Suivront bientôt, chez le même éditeur, Corps négatif suivi de Histoire d'un bon dieu (1968), Soleil arachnide (1969), Moi l'Aigre (1970), Le Déterreur (1973), Ce Maroc ! (1975), Une odeur de mantèque (1976), Résurrection des fleurs sauvages (1981), Légende et vie d'Agoun'chich (1984), Une vie, un rêve, un peuple toujours errants (1984).

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page