Un canular sur MySpace tourne au drame

Un groupe d'adultes a créé sur le site de socialisation le profil fictif d'un jeune garçon dans le but de séduire une adolescente de 13 ans, puis de la repousser. La jeune fille s'est suicidée. Une mère de famille a été inculpée.

Une mère de famille américaine a été inculpée, jeudi 15 mai, pour son rôle présumé dans un canular sur le site de socialisation MySpace qui s'est terminé par le suicide d'une adolescente de 13 ans croyant avoir été repoussée par un garçon qui n'a jamais existé.
Un grand jury fédéral de Los Angeles a inculpé Lori Drew, 49 ans, pour complot et accès "sans autorisation" au réseau de MySpace "dans le but d'infliger une souffrance émotionnelle à la jeune fille". Elle encourt jusqu'à 20 ans de prison.

"Des conséquences très sérieuses"

"La femme adulte a utilisé l'internet contre une fille innocente avec des conséquences horribles", a déclaré le procureur de Los Angeles Thomas O'Brien, lors d'une conférence de presse.
"Tout adulte qui utilise l'internet ou un site de socialisation pour brutaliser quelqu'un d'autre, particulièrement une adolescente vulnérable, doit savoir que cela a des conséquences très sérieuses", a-t-il dit.
Cette mère de famille faisait partie d'un groupe d'adultes qui prétendaient être un garçon de 16 ans, baptisé "Josh", sur le site de MySpace, selon les procureurs. La jeune fille avait rencontré "Josh" après avoir ouvert un compte sur MySpace en 2006.
"Très rapidement, Josh lui disait qu'elle était sexy", a dit M. O'Brien, et "le flirt a duré pendant trois semaines".
Mais "Josh" a rompu cette relation virtuelle et a envoyé un message à l'adolescente lui disant que le monde se porterait mieux sans elle, selon les procureurs. Une heure après avoir reçu ce message, la jeune fille s'est pendue dans sa chambre.

"Torturer, harceler, humilier"

Selon la chaîne ABC, l'adolescente connaissait la fille de Lori Drew, dont elle était voisine dans le Missouri (centre) et avec laquelle elle s'était disputée.
Lori Drew et ses complices ont utilisé l'ordinateur personnel de la mère de famille en vue de "torturer, harceler, humilier et perturber" la jeune fille, selon l'acte d'accusation.
Elle avait effacé le profil de "Josh" après avoir appris que la jeune fille s'était pendue, selon les procureurs.
"MySpace ne tolère pas la brutalisation par internet et coopère pleinement avec le procureur fédéral sur ce dossier", a dit MySpace dans une réponse écrite à l'AFP.
"Cette adulte s'est cachée derrière des cyber-murs dans le cyber-espace", a dit le directeur adjoint du FBI Salvador Hernandez lors d'une conférence de presse, ajoutant: "elle est redevable de ce qui s'est passé. Ces actions sont cruelles et injustifiées".

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page