Un jeu vidéo pour la paix entre Israéliens et Palestiniens

Que feriez-vous à la place des leaders israéliens et palestiniens? Au moment où ces derniers se rencontrent à Annapolis, aux Etats-Unis, un jeu vidéo distribué par le Centre Pérès pour la paix sur place pose cette question. Et propose aux habitants d'Israël et des territoires palestiniens de se glisser dans leur peau, virtuellement du moins.

Alors que les leaders israéliens et palestiniens, en chair et en os, se trouvent aux Etats-Unis pour la conférence d'Annapolis, des milliers d'Israéliens et de Palestiniens vont pouvoir se glisser virtuellement dans leur peau et déterminer le sort de la région grâce à un jeu vidéo. "Succédez aux leaders israéliens ou palestiniens, là où d'autres ont échoué", propose la version de démonstration de PeaceMaker, "conciliateur" en français.

Ce jeu est distribué à 100 000 exemplaires en supplément des journaux, ce mardi, en Israël et dans les territoires palestiniens. Il est fourni par le Centre Pérès pour la paix fondé en 1996 par le prix Nobel de la paix et actuel président israélien Shimon Pérès.

Prendre les décisions, comprendre les enjeux
Le joueur doit choisir d'incarner soit le Président palestinien, soit le Premier ministre israélien, dans ce programme disponible en arabe, en hébreu ou en anglais. Une fois entré dans le jeu, il doit prendre les décisions que le véritable dirigeant pourrait prendre. Comment réagir à un attentat-suicide palestinien ou à une attaque israélienne dans la bande de Gaza? Comment gérer les factions plus extrêmes de son propre camp?

Côté palestinien, le joueur doit par exemple veiller à éviter que la situation humanitaire ne se détériore dans les camps de réfugiés. Il peut aussi demander l'indépendance d'un véritable Etat palestinien. Côté israélien, il doit choisir de continuer ou non la construction du mur israélien ou de libérer des prisonniers, par exemple.

En fonction de ces multiples décisions, le joueur aidé par quelques conseillers virtuels peut voir comment l'autre camp, les extrémistes de son bord et la communauté internationale réagissent à la nouvelle tournure des événements, grâce à de multiples "thermomètres" et à des coupures de presse réelles qui tombent au cours de la simulation.

La solution du jeu: deux Etats côte à côte
PeaceMaker repose sur quelques présupposés: l'autre camp veut la paix, mais le joueur n'a aucun contrôle des factions extrêmes de son bord. La solution gagnante? Deux Etats qui coexistent. Il reste tout de même possible de bombarder le camp adverse en représailles d'une attaque mais les concepteurs du jeu avertissent que ce genre de tactique 'n'est pas payante du tout' dans PeaceMaker.

"Jouez et vous ne lirez plus jamais les journaux de la même façon". Se mettre, même temporairement, dans le fauteuil de l'autre, comprendre ses décisions et les obstacles auxquels il se heurte... Voilà le but de l'opération qui vise la population, mais aussi les dirigeants eux-mêmes! Un exemplaire sera en effet adressé tout spécialement au Premier ministre israélien Ehoud Olmert et au président palestinien Mahmoud Abbas, dès leur retour d'Annapolis.

0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page