Une source musicale venue d'Agadir

Deux musiciens. Ils ne se connaissent pas forcément. Un jour, leurs routes se croisent. Pas tout à fait par hasard. Des gens du métier, bien intentionnés, persuadés qu'ils ont des choses à se dire, les font se rencontrer. L'idée d'une création musicale s'organise que le 2 juillet, le chanteur et guitariste marocain Majid Bekkas et le joueur de cordes (guitare, oud, bouzouq) français Titi Robin ont présenté au festival Timitar d'Agadir, au Maroc.

Une source musicale venue d'Agadir

Dédié aux musiques du mondes, Timitar, dont la 6e édition (du 1er au 5 juillet) a rassemblé environ 400 000 spectateurs, propose depuis sa première édition des créations avec des artistes marocains. "Il s'agit de permettre à des artistes d'ici et à ceux de l'extérieur de se découvrir, se comprendre, échanger des idées, et à partir de là, inventer de nouvelles esthétiques, explique à Agadir Brahim El-Mazned, directeur artistique de ce festival en dialogue avec son territoire dans lequel artistes amazighs (berbères) accueillent les musiques du monde. Dans la région d'Agadir, la population est à majorité berbérophone.

"Les créations présentées à Timitar ont souvent un avenir ailleurs." Après Timitar, Tala ("la source", en berbère) de Bekkas et Robin est donc présentée le 7 août au festival Les Escales de Saint-Nazaire, partenaire et co-initiateur du projet. "Au-delà de l'aspect artistique, c'est aussi la concrétisation de nouveaux rapports de festival à festival qui instruisent de manière nouvelle et concrète la relation Nord-Sud, commente Patrice Bulting, directeur artistique des Escales. Deux festivals en synergie constituent une nouvelle force, de nouveaux atouts pour un projet artistique dans un contexte économique inquiétant pour la création et la circulation des artistes."

TRANSE GNAOUA

Au Théâtre de verdure d'Agadir, devant un public familial, Majid Bekkas et Titi Robin ont livré le résultat de leur travail, mis en forme au cours d'une résidence organisée en amont. Ils ont invité chacun deux musiciens pour écrire ce petit bout d'histoire commune. Foulane Bouhssine (ribab, instrument traditionnel à une corde) et Khalid Elberkaoui (percussions) pour Bekkas, Minino Garay (batterie) et Renaud Gabriel Pion (sax ténor) pour Robin. La même formation est aux Escales de Saint-Nazaire.

La musique, sur un maillage rythmique très serré, laisse les couleurs s'interpeller. Les styles se chevauchent, s'inventent, entre Afrique mandingue et Orient, jazz et musique de transe des gnaouas. Depuis son projet Gitans, en 1993 et ses tissages entre Orient et esthétique gitane, l'univers de Titi Robin ignore les frontières. Majid Bekkas se dit fou de jazz autant que de l'entêtante musique des gnaouas, les descendants d'esclaves amenés d'Afrique noire au Maroc et constitués en confréries.

L'un et l'autre sont férus de quêtes improbables, attirés par les marges, gourmands de digressions. Les rencontres musicales sont pour eux un fertile terreau où tout peut s'inventer. "Un festival ne peut se limiter à la diffusion artistique, il doit aussi encourager et soutenir de nouvelles créations, favoriser des rencontres musicales", rappelle le directeur des Escales.

Festival Les Escales

sur le port de Saint-Nazaire (Loire-Atlantique). Avec Konono n°1, Ray Lema, Melingo, Tumi & The Volume, Spoke Frevo Orchestra, Calypso Rose, Marianne Faithfull,

Cesaria Evora... www.les-escales.com



0 commentaires pour cet article
Il n'y a pas de commentaire sur ce poste, soyez les premièrs à réagir
Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page