Une zone offshore en projet à Agadir

· Plus de 20 ha dédiés à l’opération à la périphérie de la vill

Une zone offshore en projet à Agadir Une offre variée en formation, une infrastructure réseau en fibre optique à la pointe de la technologie... la région d’Agadir a tous les atouts pour abriter des centres d’appels. C’est ce qui ressort d’une rencontre organisée en fin de semaine dernière dans la capitale du Souss. C’était à l’occasion d’une journée dédiée à cette activité. La manifestation est organisée par le Centre régional d’investissement de la région Souss Massa Drâa et Maghreb centre de contact (MCC) qui n’est autre que l’initiateur du Salon national des centres d’appels. Aujourd’hui, l’événement s’inscrit dans le cadre du programme «Régionales de la relation clients au Maroc». Une opération qui entame sa première édition du 9 décembre 2008 au 12 mai 2009, organisée en sept étapes dans sept villes du royaume. Et le chef-lieu du Souss était la semaine dernière le premier rendez-vous de cette caravane. A Agadir les responsables du CRI croient réellement dans le développement des centres d’appels dans la région.
L’établissement a mis en place depuis deux ans un guichet unique dédié aux centres d’appels. Parallèlement des formations variées se sont développées liées aux activités de l’offshoring au niveau des établissements universitaires et professionnels (OFPPT). Deux écoles privées offrent même des formations dans les métiers des centres d’appels. Mais si jusqu’à présent l’activité se développe dans la ville qui abrite quatre centres d’appels, Agadir est loin derrière les autres villes du royaume. Pour l’heure, pour pousser au développement de l’activité, une zone de 20 ha sera dédiée aux métiers de l’offshoring et des technologies de l’information dans la commune de Tagadirt, située dans la périphérie d’Agadir. Selon les représentants du CRI, le site devrait être opérationnel fin 2009 pour accueillir les premières entreprises du genre. Pour Mohamed El Ouahdoudi, DG de MCC, le développement de l’activité de centres d’appels dans la région repose également outre le foncier sur l’implantation d’un gros opérateur de centres d’appels.
A noter qu’au Maroc l’activité des centres d’appels entre dans sa 10e année de croissance. Elle a enregistré deux milliards de DH de chiffre d’affaires et généré 25.000 emplois dans plus de 12 villes du royaume.


1 commentaires pour cet article
  1. Le 2012-07-09 à 15:18:54 par Hanane

    Bonjour, je suis une jeune fille Marocaine âgée de 27 ans , titulaire d’une licence, option : sociologie à la faculté des lettres et des sciences humains université Caddi Ayyad à Marrakech. Aussi, je vous informe que j’ai déjà travaillée dans un bureau des études topographiques et foncières comme secrétaire pendant deux ans. Merci d'avance et je serais heureuse de développer avec vous.


Réagissez !






Les champs marqués avec une étoile () sont obligatoires!

Haut de la page